La dépollution fervente !

560
JEAN-LUC MANGIACOTTI
PHOTO JEAN-LUC MANGIACOTTI

Chimiste de formation, Jean-Luc Mangiacotti n’a de cesse de mettre en application son credo : les pollueurs doivent dépolluer. Traitement des déchets, des sols, des effluents, ce bâtisseur de
projets invente et croise les process depuis 28 ans.

Étudiant, il découvre sa vocation pour les métiers de l’environnement lors d’un stage dans une usine d’incinération de déchets industriels : une carrière en laboratoire, très peu pour lui, c’est donc sur le terrain qu’il agira. Jean-Luc candidate alors chez Serpol. En 1992, embauché comme technicien de chantier, on le dépêche ainsi sur le site de Sermaise, en Essone, où 3 000 fûts toxiques sont découverts : « Je fais mes gammes sur les chantiers jusqu’en 1995 auprès de chefs de chantier expérimentés qui m’enseignent les exigences du métier, la nécessité de se confronter à la réalité des problématiques et de ne pas se contenter de “théories de bureau” ».

Il est ensuite promu chargé de projets en sites et sols pollués en 1996. Il cumule deux métiers de 2002 à 2004, couvrant à la fois la dépollution et la gestion des décharges. Puis, il se consacre exclusivement à la gestion des centres d’enfouissement de Genas (Rhône), Saint-Étienne/ Chalaronne, Le Plantay (tous deux dans l’Ain) et Penol (Isère). Ce dernier sera marqué par l’obtention de marchés déterminants, « un chantier vide de fouille et l’aménagement d’une usine de traitement de déchets », décrochés auprès du Sictom de la Bièvre : « L’ISDND* de Penol est un bel outil que n’avons cessé d’améliorer avec notamment la construction du centre de tri mécano-biologique rapidement devenu une référence en matière de traitement et de valorisation des ordures ménagères ». Cette unité est le produit du croisement d’expertises puisées partout en France que Jean-Luc sillonne pour créer le groupement, 50 entreprises interviendront sur l’opération, ce qui permettra la concrétisation du projet.

Agrégation des savoir-faire

L’expérience s’affine, la croissance de l’entreprise se poursuit. « Je travaille sur le concours de l’unité de méthanisation de Vinzier (Haute-Savoie) qui deviendra Terragr’eau, première Délégation de Service Public pour le groupe SERFIM : une vraie récompense pour une équipe projet très investie, les belles réussites ne se font jamais seules ! » Chargé de développement, Jean-Luc se focalise désormais sur le traitement des effluents. En 2017, il impulse le rachat de la société H20 Techs qui permet à SERFIM Dépollution d’enrichir son offre de traitement des lixiviats** d’une nouvelle technique : l’osmose inverse. « Agrégation des savoirfaire, orchestration des projets : grâce à lui, nos équipes sont aujourd’hui très structurées autour de ces sujets, témoigne Alain Dumestre, directeur de SERFIM Dépollution. Cet inlassable passionné, carburant aux rencontres, est sans doute, au regard de ses réalisations, l’incarnation de l’histoire de Serpol ! ».

* Installation de stockage de déchets non dangereux. ** Jus de décharges

Article extrait du SERFIMMag 51