Une « drone » d’idée chez SERPOL !

600
drone

Depuis quelques années, l’utilisation du drone est de plus en plus répandue dans les entreprises. Au-delà du simple contrôle d’équipements et autre recueil d’informations, ce dernier permet également d’intervenir sur le domaine d’expertise d’une société. Et SERPOL n’échappe pas à la règle !

Le drone a la cote !

drone-5Tout d’abord, l’usage des drones ne cesse de se développer sur l’hexagone. Que ce soit dans l’agriculture, les industries ou le tertiaire, ce petit bijou de technologie a le vent en poupe. Pour preuve, il envahit les vignes pour mieux prévenir les effets inéluctables des intempéries. Mais il intervient aussi sur les chantiers pour protéger les équipes. Sans oublier qu’il permet une meilleure gestion des stocks dans la grande distribution !

En plus de la sécurité, le drone permet également l’optimisation des coûts et un gain en réactivité. Plutôt que de faire appel à un cordiste, une nacelle élévatrice ou encore un hélicoptère, l’appareil peut être mis en œuvre immédiatement et presque de partout !

L’utilisation du drone chez SERPOL !

Outre le secteur du BTP, le déploiement de ces objets volants non habités croît dans le domaine du développement durable. Alors que l’EDF a recours à ces appareils pour assurer la surveillance de ses ouvrages hydrauliques ou encore l’inspection de ses parcs éoliens, chez SERPOL, il est usité pour valoriser les chantiers. drone-6

Et pour cause, le drone nous permet de voir ce qui est invisible depuis le sol ! « C’est pourquoi nous l’utilisons surtout afin d’illustrer nos interventions. Grâce à lui, on obtient des vues d’ensemble modernes et qui ont de la gueule ! Avec les images récoltées, les équipes réalisent des présentations plus dynamiques pour nos clients », précise Julien CAILLON, Responsable Services Généraux/Matériel SSP Lyon chez SERPOL.

Le drone, bien plus que de belles images !

En outre, il ne s’agit pas uniquement de tourner de magnifiques images à des fins commerciales. « L’objectif est avant tout d’optimiser notre travail. Il nous arrive donc de les utiliser pour valider les procédures employées sur des endroits inaccessibles », termine-t-il.

Le drone ne se contente pas de sillonner les lieux hors de portée en multipliant les clichés photographiques. En effet, il est de plus en plus souvent équipé de logiciels d’analyse de données. Son usage est encore en phase de démarrage chez SERPOL, mais tout laisse à penser qu’il va participer à la numérisation des infrastructures. La plus grande éventualité serait le traitement automatique des données collectées. Cela se traduirait par des relevés topographiques, la modélisation des chantiers ou encore l’inspection et la reconnaissance d’ouvrage.

La démocratisation du drone est en marche !

Utilisé depuis le début de la décennie par les sapeurs-pompiers pour évaluer les zones d’intervention, le drone tend à devenir un outil de travail comme les autres. Et pour cause, nous faisons de plus en plus appel à lui pour assurer la sécurité des sites et des personnes. Un état de fait qui n’échappe pas au secteur tertiaire. En effet, les responsables de sécurité des plus grands groupes s’intéressent à ces nouvelles solutions pour protéger les salariés et les sites.

Il se murmure même qu’un drone pourrait bientôt livrer une trousse de premiers secours ou encore des médicaments. Au cinéma, il est de plus en plus présent pour un rendu encore plus bluffant. Pour ce qui est des différents projets de livraison de petits colis, ils sont d’ores et déjà à l’étude chez Amazon ou encore Google. Qui remportera la partie ? L’avenir nous le dira bien d’ici tôt…

Reconversion d’une ancienne raffinerie à Reichstett vue par un drone de Serpol !