SERPOL ET LA TORTUE

260
Le sarcophage prend sa forme avant d’être étanchéifié au moyen de membranes géosynthétiques.

Point d’orgue d’une opération de dépollution préliminaire à l’aménagement d’un vaste site écologique, un sarcophage en forme de tortue a pris place dans la plaine du pays de Weppes (Nord), renfermant les matériaux impactés (terres, béton) d’un ancien site industriel.

Un corridor vert entre Lille et Lens verra le jour en 2023. Le parc de la Tortue, du nom de la rivière sinuant le long de la Deûle entre Don et Sainghin-en Weppes, aura pour rôle de protéger les ressources en eau et de préserver la biodiversité du territoire, en offrant un espace naturel récréatif à ses habitants. Le projet, porté par la Métropole Européenne de Lille (MEL) après 20 ans d’études, s’est donc amorcé début 2019 avec l’assainissement du site qui abritait, entre 1885 et 1985, une teinturerie industrielle. Confié à Serpol Hauts-de-France, le chantier représente alors un défi d’ampleur. Le terrain de 35 ha comprend plusieurs zones contaminées (hydrocarbures, métaux lourds, solvants chlorés…) et une énorme décharge mêlant déchets divers (morceaux de fûts, plastiques, tissus…) et polluants. Sujet sensible : le site se situe dans les champs captants alimentant la métropole en eau potable. Les équipes Serpol attaquent le chantier en avril, en co-traitance avec des spécialistes du terrassement, l’entreprise Renard, et de l’étanchéité, Proterra Environnement.

Présence d’amiante

Les déchets sont triés, puis éliminés ou recyclés en centres extérieurs. Un test de criblage révèle la présence d’amiante : un plan de retrait est mis au point. « L’impact était important : 6 500 m3 de déchets à traiter ! explique Yoann Dhainaut, ingénieur conseil en environnement à la MEL. Nous avons donc engagé un mode opératoire strict, conforme à la réglementation. Serpol a su apporter des solutions pragmatiques, maîtriser les moyens techniques et les différents corps d’état. Respect des coûts, réactivité, délais tenus : le groupement, des professionnels à la pointe dans leurs domaines, a livré une prestation de grande qualité. » En parallèle, un grand bassin d’argile recouvert d’un complexe géosynthétique étanche se construit en hauteur. C’est là que les matériaux impactés, issus de la décharge (après retrait de l’amiante et de 80% des déchets), ainsi que ceux présentant des « pollutions concentrées » en hydrocarbures et solvants chlorés, prendront place, confinés au sein de l’alvéole. Plus tard recouverte de gazon, cette tortue géante s’offrira à la vue des promeneurs. Son accès sera néanmoins interdit pour garantir la pérennité de la structure. « Tout l’enjeu était d’évaluer au plus juste les dimensions de cette alvéole aux volumes de matériaux à confiner, les études présentant des scénarios allant du simple au double. Le résultat est enthousiasmant, et le site bientôt prêt à être aménagé », indique Ludovic Ferrière, responsable de l’antenne Hauts-de-France de Serpol.

Chiffres clés

Un chantier de dépollution d’ampleur

11 600 m² de complexes géosynthétiques posés

12 500 m3 de matériaux pollués confinés dans l’alvéole

4 500 m3 de remblais d’apport inclus dans l’alvéole

2 000 m3 de terres végétales mis en place (recouvrement du complexe géosynthétique de couverture de l’alvéole)

25,3 tonnes d’amiante éliminés du site

120 tonnes de DIB* triés et éliminés du site

800 tonnes de béton éliminées

1,8 M€ : montant du marché pour le groupement conduit par Serpol

Article extrait du SerfimMag n°49