SERPOL s’implante en Tunisie

428
Tunisie-1

La société de SERFIM Dépollution crée actuellement l’entreprise Valis avec deux partenaires en Tunisie. Un événement qui fait suite à trois années de familiarisation avec le marché…

Tunisie-1Depuis juillet 2017, le groupement Serpol, Vivan et El Amen (qui fait partie du groupe tunisien Triki), assure la prise en charge, le transfert et l’enfouissement des déchets ménagers de deux villes du sud tunisien : Gabès et Médenine. Ce premier contrat récompense les efforts déployés par le groupe SERFIM pour connaître et se faire connaître des acteurs du pays.

Prise de contact

En effet, dès 2015, le groupe a mandaté Elyes Fakhfakh, ancien ministre des finances tunisien, et Ali Maher Laroui, ancien responsable gestion des risques de marchés financiers à la Banque africaine de développement, dans cette perspective. Durant trois ans, appuyés par Jean-Christophe Vincent, directeur du développement et des relations publiques, ils ont ainsi rencontré des membres de l’administration tunisienne et répondu à des appels d’offres liés aux différents métiers du groupe.

« L’obtention de la gestion des décharges de Gabès et Médenine prouve que SERFIM Groupe et ses savoir-faire sont dorénavant identifiés en Tunisie, détaille Ali Maher. Pour faciliter l’administration de cette mission de deux ans et surtout se structurer pour l’avenir, nous avons décidé de transformer notre groupement en une entreprise dédiée, baptisée Valis. »

Tunisie-2

Perspectives

Valis-TunisieLes marchés de dépollution, l’expertise centrale de Serpol, constituent bien sûr un axe de développement important pour Valis. Mais d’autres savoir-faire peuvent aussi entrer en œuvre en Tunisie. C’est ainsi que la société se prépare à répondre à un appel à candidatures portant sur la construction d’un centre de traitement mécano-biologique de déchets ménagers pour trois villes : Gabès, Sousse et Bizerte. Un type d’installation que Serpol connaît bien pour en gérer une similaire à Pénol, en Isère. La particularité de cette unité réside en sa capacité à séparer parties fermentescibles, recyclables et non recyclables, afin de réduire au maximum la matière destinée à l’enfouissement. Longue vie à Valis.

Article extrait du SERFIMMag N°43 // mars à juin 2018 // Rédaction : Syntagme.